Philosophie


Les pensées coréennes traditionnelles doivent être examinées avant d’ élucider les aspects idéologiques du Taekwondo en tant qu’art martial traditionnel.

Les ancêtres des « Han » (Coréens) ont connu de grandes frustrations à cause des catastrophes naturelles et des conditions restrictives dans lesquelles ils vivaient.

Ils se sont donc rattachés aux pouvoirs de la nature (paradis, pluie, nuages, soleil, lune, arbres, rochers, etc.).
A mesure que la communauté tribale d’établissait, les « Han » ont construit une pensée unifiée, qualifée de « seon » (impeccable virtousness) qui est devenue la base des pensées philosophiques coréennes.

Celles-ci sont caractérisées par la loyauté envers sa patrie, et une piété filiale, les hommes pensant donc à leurs responsabilités avant de chercher le pouvoir ou le moyen de se faire justice.

Le Taekwondo s’est insipiré des instincts de survie des hommes, qui cherchaient à se protéger des menaces extérieures avec des techniques de combat à mains nues. Il a été developpé avec 3 royaumes (Silla, fondé en 57 avant J.C., Koguryo, en 37 avant J.C., et Paekje, en 18 avant J.C).

Pour s’unir en une seule péninsule Coréenne, ils ont du se défendre des agressions de la Chine et du Japon. Les « Hwarangs » de Silla ont le mieux développé cette philosophie, et ces guerriers ont élevé cette pensée en tant qu’art martial.

A cet art, ils ont rajouté des vertus essentielles: ne jamais battre en retraite au combat, ne pas commetre de fautes éthiques, et ne jamais manquer à leurs obligations sociales. Ils pouvaient volontairement abandonner leur vie pour la survie de la sécurité nationale, et cela a permit aux 3 royaumes de se sortir des agressions auxquelles ils faisaient face.

Ainsi, l’esprit Hwarangdo du royaume Silla hérité de la pensée traditionnelle « seon » a donné naissance au Taekwondo. L’esprit du Taekwondo moderne est un mélange de la philosophie traditionnelle et des expériences de joie, de colère, de chagrin, et de plaisir transmises à travers les âges.

Il vise non seulement l’acquisition du pouvoir et des compétences nécessaires à sa défense, mais aussi à forger l’esprit de chacun à dévouer sa vie pour preserver la justice, et à respecter ses responsabilités.